À chaque âge sa stratégie d’investissements

Vous avez 55 ans et + et pas de plan de gestion de votre patrimoine alors courrez vite chez votre planificateur financier. Même s’il n’est jamais trop tard, c’est le moment idéal pour le faire. Vous en sortirez avec deux documents clés : votre politique de placement, votre plan d’indépendance financière et en prime la paix d’esprit.

Quoi retenir

✅ En période d’accumulation, on focusse sur l’épargne et le rendement

✅ En période de décaissement, on focusse sur la gestion des risques et la production de revenu

✅ Un portefeuille de retraite doit comporter une stratégie explicite de gestion de la volatilité

✅ Le décaissement implique  implique des interactions complexes entre vos objectifs, vos sources de revenus, votre budget, votre fiscalité, votre situation familiale…

Évolution typique d’une courbe de capital retraite

 

courbe de capital étape de vie snag

Dans la grande majorité des situations, votre capital (patrimoine) augmente grâce à vos épargnes et les rendements jusqu’au moment de la retraite. Ensuite le capital est utilisé. 

Accumulation: rendement et épargne Décaissement: revenus et gestion de la volatilité
1-Épargne  2- Transition retraite  3- Retraite active  4- Sédentaire
<55 ans <55,65 ans> <65,85 ans> 85 ans+

Priorité

Croissance 

Épargne

Priorité

Croissance et début de la zone de risque de volatilité

Priorité

Revenu sécuritaire

Croissance 

Volatilité

Priorité

Longévité

Revenu 

1-Revenue et épargne <55 ans:

Priorité à la croissance du capital tout en respectant le profil de risque. On a assez de temps pour récupérer une baisse de marché.

2- Transition retraite <55,65 ans>

  • Priorité à la croissance, mais il n’y a plus assez de temps pour récupérer une baisse importante des marchés.
  • Cette période est aussi la période d’accumulation maximum de richesse. Le but de cette période est d’avoir des revenus fixes suffisant pour financer les premières années de retraite…  
  • Il faut commencer à segmenter vos actifs pour bâtir un bouclier anti-volatilité».

J’ai souvent rencontré des clients qui prennent leur retraite avec un portefeuille pas du tout adapté à leur nouvelle situation.

3- Retraite active <65,85 ans>

  • Priorité est d’offrir un revenu de retraite stable et soutenable et une croissance suffisantes des actifs pour compenser l’inflation.
  • Le bouclier de anti volatilité liquidité est bien en place.
  • Tenir compte des objectifs successoraux et de l’ensemble du patrimoine. 
  • En général, nous observons une phase très active jusqu’à 75 ans environ et plus tranquille par la suite. Les besoins discrétionnaires diminuent

4- Sédentaire 85 ans+

Priorité est de maintenir les revenus stables requis jusqu’à la fin et de respecter vos volontés successorales

Les phases 1 et 2 sont les phases d’accumulation.

Vous recevez votre chèque de paye, vous épargnez et vous investissez votre argent en fonction de votre profil de risque. C’est relativement simple. La majorité des représentants en placement sont familiers avec cette étape et en font même une spécialité.

Les phases 3 et 4 sont les phases de décaissement.

  • C’est plus compliqué et cela implique des interactions complexes entre vos objectifs, vos sources de revenus, votre budget, votre fiscalité, votre situation familiale…
  • La préservation de vos actifs producteurs de revenus est essentielle tout en ayant un niveau de croissance suffisant pour compenser l’inflation.
  • Vous aurez besoin d’un planificateur financier. Il maîtrise les outils d’analyse et possède l’expertise pour vous guider.

Peu importe les phases où vous êtes, il est essentiel de réduire vos frais d’investissements au maximum, car à long terme les frais grugent une partie significative de vos rendements.

Les dépenses essentielles et discrétionnaires

La distinction entre les dépenses essentielles et discrétionnaires permet de bâtir une stratégie de décaissement qui assurera au retraité qu’il disposera des revenus suffisants pour financer les dépenses essentielles ( logement, nourriture, vêtements, soins de santé …)

Les dépenses discrétionnaire (voyages, loisirs, passe-temps …) sont par définition plus flexibles. Ce qui permet d’investir dans les actifs de croissance dans l’expectative de rendements plus élevés et permettre ainsi un niveau de consommation plus élevée. Par ailleurs les dépenses discrétionnaires diminuent dans le temps avec l’âge.

Prochaine étape à considérer