Le cafouillis des titres du secteur financier

Afin de protéger le public, l’industrie financière est systémiquement et systématiquement structurée et segmentée en fonction de la distribution des produits financiers et NON du conseil. Ce sont des «représentants» du courtier sur le site de l’AMF. Il y a quasiment autant de titres que de grandes classes de produits.

Cela conduit à ce cafouillis que l’on connaît alors que de nouveaux produits apparaissent (FNB) ou de nouvelles façons de livrer le conseil (conseil robotisé et assurances en ligne par exemple).

Un cafouillis exacerbé par les institutions financières

Ce cafouillis est d’autant plus exacerbé par les titres que les institutions donnent à leurs employés qui n’ont pas de rapport réel avec le niveau d’autorité que ces titres sous-entendent. Les vices-présidentes et les directeurs de compte se comptent par centaines. C’est sans compter des titres de postes interdits par la réglementation: «conseiller en planification financière », conseiller retraite, conseiller en gestion du patrimoine privé…

Si l’on est rémunéré directement ou indirectement de la vente de produits ou à même les actifs du client, cela s’appelle un vendeur ou un représentant.  Oui, un bon vendeur compétent est important et fournit des informations pertinentes sur les produits puisqu’il les connaît bien. 

ARTICLES CONNEXES

D-9.2, r. 20 – Règlement sur les titres similaires à celui de planificateur financier

Intervenants en placement et planification financière (AMF)

Des titres qui ne veulent rien dire

Émission de CBC: ‘I will do anything I can to make my goal’: TD teller says customers pay price for ‘unrealistic’ sales targets

Pratiques douteuses des banques