REER – Cotiser déduire… des erreurs à éviter !

En lisant cet article, vous saurez que vous pouvez cotiser au REER une année mais choisir l’année appropriée pour déduire les cotisations accumulées des années précédentes. Une flexibilité qui vaut son pesant d’or!

Que vous pouvez aussi ouvrir un compte REER autogéré (les autres régimes aussi: CELI, REEE, CRI, FEER…) pour avoir la liberté de choisir les placements qui sont les plus avantageux pour vous. Vous éviterez ainsi les placements coûteux et «ne me quitte pas» qui vous boulonnent à votre établissement financier.

Les mots ont leur importance

Plusieurs confondent cotiser dans un REER avec investissements. Une confusion qui fait l’affaire des institutions qui s’empressent de placer votre argent pour démarrer le compteur des frais. Cotisez et attendez le premiers jours du printemps pour parler calmement de vos placements. 

🔴On n’investit pas dans un REER. Le REER est juste un contenant, un compte de placement avec des qualités fiscales propres. Il en va de même avec les autres comptes tels que: CELI, REEE, FEER, CRI, Non-enregistré… 

 💡 Saviez-vous que vous pouvez utiliser un compte REER autogéré auprès d’un courtier-exécutant (appelé aussi: courtier à escompte, courtier en ligne) ? C’est la façon généralement la plus économique, efficace et sécuritaire de placer son argent. De plus, vous avez la liberté totale pour choisir des placements peu couteux tels que les fonds négociés en bourse (FNB).

Vous aimeriez en savoir plus sur les comptes autogérés ?

Cotisation et déduction: le fin mot de l’histoire

Combien et quand cotiser?

Vous trouverez la réponse «du combien» sur le dernier avis de cotisation que vous avez reçu du fédéral. Vous pouvez aussi le consulter en ligne. Si vous pensez déduire le montant cotisé dans votre déclaration de l’an passé, il faut cotiser dans les 60 premiers jour de l’années courante. Autrement, vous pouvez cotiser à tout moment durant l’année.

La cotisation est un simple transfert de fonds entre un compte et un compte REER que vous posséder. Cela peut être faite en ligne sans vous déplacer.

Cotiser est la première étape  Les montants cotisés seront ensuite investis dans les placements de votre choix et fructifient à l’abri de l’impôt. 

Durant la période fébrile des REER, éviter de vous précipiter pour acquérir les fonds mutuels couteux que les conseillers de votre institution tenteront de vous vendre à la hâte. Revenez au mois d’avril pour faire vos choix calmement et poser toute les questions qui vous tracassent.

Déduire

La déduction est un choix et non un obligation. Cependant, Il faut des droits accumulés  avant de déduire. Il n’y a aucune urgence à déduire. Compliquer tout çà! Je vous le concède. Chaque situation est unique et le « diable est dans les détails » pour choisir la meilleure stratégie. Dans le doute, consulter un planificateur financier car plusieurs milliers de dollars d’économies peuvent récompenser votre clairvoyance.

Vous décidez du montant à déduire au moment de faire votre déclaration fiscale annuelle. Il faut savoir que notre système fiscal repose sur des paliers d’imposition progressifs. La clé est l’écart entre taux marginal d’imposition au moment de la déduction et celui anticipé dans le futur. Par exemple un jeune professionnel dont les revenus admissibles vont augmenter sensiblement dans le futur pourrait avoir intérêt à attendre le moment opportun pour déduire.

Si vous approchez de votre période de décaissement ou vous êtes un jeune retraité, il y a d’autres stratégies possibles et appropriées à ces étapes.

 ➡ Dernier point, si vous retarder des déductions: attention à bien comprendre votre avis de cotisation! L’avis de cotisation du fédéral n’est pas un exemple de clarté à cet égard. Et corriger une sur cotisation peut rendre dingue le plus vaillant des fiscalistes!

Quel est le meilleur moment pour déduire vos cotisations?