Saison des REÉR, la chasse est ouverte

Cotiser à son REÉR entre janvier et mars ne signifie pas que vous avez une planification financière de la retraite digne de ce nom. 

Allez dans n’importe quelle banque ou autres établissements qui vendent des placements entre janvier et février et vous serait hanté par le spectre de sous financement de votre retraite. On vous offrira une «planification de retraite gratuite». Si l’on vous a assez effrayé et culpabilisé sur le manque d’argent quand vous arrêterez de travailler, vous sortirez de la rencontre, convaincu que: « cotiser à votre REÉR et avoir une planification de retraite» c’est pareil.

La saison des REÉR et aux banques ce que Pâques et la St-Valentin sont au chocolatier!

Chocolat et REERL’occasion d’aller chercher beaucoup d’argent de beaucoup de monde en les convainquant qu’ils accomplissent un acte important. Comprenez-moi bien, je ne suis pas contre les REÉR. C’est logique de cotiser lorsque vos revenus sont élevés pour les retirer ensuite quand votre taux d’imposition est plus faible, de bâtir une épargne pour votre retraite et de profiter d’un retour d’impôt.

Les calculateurs de retraite utilisée par les banques pour la majorité de leurs clients (c’est-à-dire vous) sont les mêmes que vous trouverez en googlant « calculateur de retraite ». Ils sont complétés avec des hypothèses, des taux de rendement, des prestations de la RRQ et de la PSV, les taux d’inflation et les revenus de retraite requis. 

[su_pullquote align= »right »]L’industrie financière utilise la saison des REÉR pour maximiser l’incertitude, créer des peurs, ramasser vos actifs et les investir dans des produits maison coûteux et ensuite vous oublier jusqu’à l’année prochaine.[/su_pullquote] La personne en face de vous à zéro motivation pour vous aider à savoir si ces hypothèses sont valides dans votre cas. Elle a une heure pour vous rencontrer et six autres clients qui attendent leur tour.

Voici votre problème: vous avez un plan de retraite qui consiste à cotiser à votre REÉR chaque année. Vous êtes angoissés de rater la date fatidique. Votre présentant vous a dit d’épargner davantage. Ce sera un pur hasard si vous accumulez suffisamment d’actifs pour vous permettre une retraite intéressante à l’âge arbitraire de 65 ans.

La solution

Lorsque vous entendrez le « combien dois-je épargner pour ma retraite » de la bouche du représentant qui opère le calculateur, mettez fin élégamment à la rencontre. Un planificateur financier conseil vous fera ignorer « le combien dois-je économiser » arbitraire et déterminera les chiffres qui correspondent précisément à votre situation et d’arrêter d’être manipulé par la peur, la fausse urgence et d’être une proie facile de la saison de la chasse aux REER.

Cotisez en ligne dans votre REER et revenez au printemps pour discuter placement avec sérénité et prendre le temps de poser toutes vos  questions.

À lire aussi

Retraite: gare aux outils de planification des institutions financières!  : Frais cachés, calculs simplistes, conflits d’intérêts… Les outils de planification de la retraite offerts par les institutions financières sont mal adaptés aux besoins des consommateurs.

REER, cotiser, déduire… erreurs à éviter
REER ou pas REER : telle est la question!

Une planification de retraite, ça prend un planificateur financier!